Je vous propose une immersion dans le terroir de la Sologne. La cuisine locale propose plusieurs facettes qui ne demandent qu’à être appréciées à leur juste valeur.

Une viande d’exception avec le gibier

La nature sauvage de la Sologne autorise des plats de gibier pour les amateurs. La viande propose une côte tendre et raffiné surtout lorsqu’elle est rôtie.

Elle est proposée en cuissot, en pavé. Elle est bien juteuse et admet de subtiles nuances aromatiques.

Les auberges servent du gibier en sauce qui côtoie des préparations beaucoup plus légères, plus digestes pour le sanglier ou le chevreuil. Le gibier est surtout demandé lors des périodes froides.

Le printemps valorise les mets à base de poisson

Le poisson est plus apprécié au printemps. Issu de la Loire, il faut inclure l’anguille cuisinée en matelote ou le brochet en quenelles.

La Loire procure aussi de la sandre cuite à basse température et farcie avec de la langoustine. Sinon, l’alose est un mets plus rare.

Il est disponible au mois de mai ainsi que la renommée carpe à la Chambord. Les restaurants blésois servent le silure à la texture équivalente à la lotte.

Dommage qu’il soit peu sollicité.

La production maraîchère de la Sologne

Doté d’un climat doux, la Val de Loire héberge une riche production maraîchère. Les produits symboliques incluent la fraise, l’asperge ou encore l’igname.

Ce sont des productions du terroir à savourer au naturel ou à déguster dans les restaurants régionaux si inventifs.

Les variétés subtiles de fraises

Grâce à un microclimat bien favorable, les variétés du Val de Loire sont connues pour la Charlotte, la Mara des bois ou encore la délicieuse Garriguette. Ces fraises sont bien sucrées.

Elles peuvent être consommées à la crème, au sucre. La fraise est aussi présente dans la glace, les pâtisseries, la confiture.

L’asperge et l’igname du Val de Loire

L’asperge peut être blanche de Bois ou verte de Chambord. La culture est établie sur un sol sableux et limoneux des bords de Loire.

La blanche conjugue douceur et caractère. Elle est parfaite servie avec une vinaigrette à la truffe.

La verte de Chambord est tellement tendre qu’elle ne nécessite pas d’être épluchée. Elle est soit sautée, soit appréciée en soupe, en salade ou légèrement pochée.

Elle est également servie avec les poissons de la région. L’igname fournit un côté exotique aux plats de toujours.

Elle accompagne le poisson ou le gibier. Elle est préparée en purée, en frites ou en paillasses.

Retrouvez d’autres spécialités gourmandes ici.

Crédit Photo : hotelleparcsologne.com & fr.gaultmillau.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *