Je vous propose de visiter la région la plus septentrionale des crus du Beaujolais. Il s’agit d’un vin rouge AOC.

Les débuts du Juliénas en AOC

La reconnaissance par l’INAO du Juliénas comme AOC ou Appellation l’origine contrôlée date du 11 mars 1938 par décret. La production est située entre les départements du Rhône et de la Saône-et-Loire.

Les communes intégrant l’AOC Juliénas portent sur Juliénas, Emeringes et Jullié dans le Rhône ainsi que Pruzilly en Saône-et-Loire. Le Juliénas est établi sur la rive nord de la Vallée de la Mauvaise, un affluent de la Saône.

La géologie et l’orographie du Juliénas

Le vignoble connaît des coteaux peu pentus vers le bas et davantage pentus vers les crêtes. L’altitude oscille entre 250 m et 470 m.

Le granite de Fleurie constitue la roche-mère. En fait, cette roche est érodée en surface pour procurer la roche pourrie ou arène granitique locale.

La qualité viticole est fournie par ce sol pauvre et particulièrement drainant.

Le cépage propre au Juliénas

Il faut compter notamment sur le gamay noir à jus blanc. La limitation est de 15 % par parcelle pour l’aligoté, le Chardonnay et le Melon.

Le gamay procure de petites grappes qui garantissent une meilleure concentration du moût. Bien que le cépage soit faible, il est néanmoins fertile avec une production complexe à maîtriser.

Les meilleurs crus émanent de sols acides et granitiques. Toutefois, le débourrement précoce propose une grande sensibilité aux gelées de printemps.

Le vin de gamay présente une couleur rouge avec des nuances de violet. Sa belle acidité découle de la pauvreté en tanins.

Son caractère fruité rappelle les fruits rouges et les fruits noirs. L’arôme présente peu de complexité.

Le type de récolte du Juliénas

La récolte est exclusivement manuelle. Les grappes de raisin sont préservées grâce au transport de la vendange via un bac établi sur une remorque.

Une parcelle doit être vendangée dans son ensemble pour revendiquer l’AOC. Le rendement est limité à 58 hectolitres par hectare.

La vinification du Juliénas

Il faut retenir la macération carbonique. En fait, le raisin est encuvé en totalité.

Ensuite, la cuve est scellée durant 4 jours à une semaine. Le mode de fonctionnement est en anaérobie.

Les baies doivent demeurer intactes. Quand le processus est terminé, le vin présente un début de fermentation.

Dès lors, il est foulé pour laisser place à la fermentation malolactique. Retrouvez d’autres histoires de vins français ici.

Crédit Photo : mafermeenville.fr & tripadvisor.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *