Le réseau d’écoles culinaires du chef cuisinier va s’étoffer à l’horizon 2023-2024. L’établissement verra le jour dans le quartier difficile de Sanitas, proche du centre de la ville de Tours.

Plus de détails sur la future école

L’établissement « Cuisine mode d’emploi » fait partie d’un réseau d’écoles culinaires. En 2012, le cuisinier Thierry Marx a mis en avant une formation gratuite consacrée aux métiers de la restauration.

Le programme de formation de l’école de Tours inclut des séances de 11 semaines. Le public cible les populations en décrochage scolaire ou éloignés de l’entreprise.

Les formations sont destinées à un nombre restreint d’une dizaine de participants. Après le cursus, la délivrance d’un diplôme reconnue par l’état est prévue.

Un emploi est directement accessible pour 90 % des candidats.

Les formations spécifiques des écoles de Thierry Marx

Il s’agit de formations généralistes qui ciblent la qualité. En 2021, dix centres sont opérationnels.

Parmi elles figurent les centres de Grigny dans l’Essonne, de Champigny-sur-Marne dans le Val-de-Marne, de Toulouse en Haute-Garonne, de Dijon dans le Côte-d’Or et de Marcq-en- Baroeul dans le Nord. A Tours, la future formation « Cuisine mode d’emploi » fait partie du volet solidaire d’un dispositif.

Il s’agit d’un concept basé sur le label de Cite Internationale de la gastronomie par la municipalité PS-EELV.

Le cuisinier engagé Thierry Marx

Inspiré par la gastronomie moléculaire, Thierry Marx estime que la cuisine est un lien naturel et social. Ainsi, ce lien sert à rassembler les hommes.

Ce pratiquant des arts martiaux les enseigne en parallèle. Il œuvre dans le judo, le kendo et le MMA.

En 2012, il investit le quartier de Ménilmontant pour offrir une formation gratuite aux métiers de la restauration. En 2013, il fonde un autre centre de formation doté d’une boulangerie, d’un restaurant d’application et d’insertion ainsi qu’un centre de création culinaire.

Les initiatives de la ville de Tours

Le style anglo-normand est illustré par la ville Rabelais. Il s’agit d’un hôtel particulier du début du siècle.

Pour sa part, la nouvelle maison des cultures gastronomiques veut faire montre d’une sorte de mini-Beaubourg gourmand. La médiathèque inclut 450 ouvrages.

Plusieurs espaces sont consacrés aux expositions, aux animations, aux manifestations et aux conférences. Quand aux Halles de Tours, elles sont établies sur 3 étages datant des années 1960.

Actuellement, les 2 000 m² ont connu un remodelage. Les ateliers de cuisine côtoient un incubateur de restaurants et un espace cave-dégustation.

Retrouvez d’autres thèmes ici.   

Crédit Photo : lavoixdunord.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.