Face aux campagnes de dénigrement, le vin de Bordeaux s’oriente vers un aspect plus bio. Je vous propose d’en savoir sur les démarches des petits producteurs du bordelais.

Un meilleur rapport qualité/prix

Après plusieurs moments d’égarement, le vin de Bordeaux est parvenu à se reprendre. Auparavant, l’usage de pesticides à grande échelle, la conformité excessive au guide Parker, le dumping exagéré ou les tarifs exorbitants des grands crus ont porté une mauvaise réputation.

Le CIVB ou Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux a redressé la barre. Ainsi, les bouteilles à moins de 5 euros sont délaissées.

Les vins doivent être inclus entre 5 et 15 euros. Le Bordeaux s’exporte très bien.

La Chine est le premier acquéreur, talonnée de près par la Belgique. Les Etats-Unis sont en 3ème position.

Les avancées en matière d’environnement

Le SME ou Système de Management Environnemental permet une modification durable des pratiques. Il favorise le respect du terroir et celui de l’humain.

Près d’un millier de sociétés viticoles adhèrent désormais au SME. Par ailleurs, d’autres vont plus loin en adoptant le HVE via une conversion en haute valeur environnementale.

Il s’agit d’une certification très exigeante qui prend en charge l’examen des résultats. Pour leur part, plus de 500 domaines optent pour l’exploitation en mode bio.

Près de 50 sont en biodynamie. Il s’agit d’une approche sans recours à tout produit phytosanitaire en considérant le vignoble tel un organisme vivant.

Une vraie révolution verte du vignoble bordelais

La biodynamie fait appel à la faune et à la flore tout en suivant le rythme des saisons et l’influence du cosmos via le soleil, la lune et les planètes dans la gestion. Cela se traduit par le respect du label ISO 14001 et ses normes très strictes.

Des parcours écleatiques mais raisonnés

D’autres vignerons vont beaucoup plus loin en oeuvrant pour le « sans sulfites ajoutés ». Cela passe par l’élevage dans des amphores en terre cuite.

Ce mode d’élevage favorise la convection naturelle car le vin est en mouvement permanent dans l’amphore. De plus, l’oxygénation est optimale.

Pour sa part, la biodynamie procure plus de fraîcheur aux breuvages avec une acidité  dotée de jolies gardes. Avec le « sans sulfite ajouté », le vin produit une véritable explosion de la saveur du fruit en bouche.

Testez la Terra Cotta 2016, elle s’annonce à la fois soyeuse et gouleyante. Les notes de griottes prononcées du Cuvée Diane 2015 sont du plus bel effet.

La biodynamie revêt plusieurs formes selon le terroir et les besoins des vignes. Découvrez d’autres thèmes ici.  

Crédit Photo : terredevins.com & tempslibremagazine.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *