Malgré le déconfinement , les instructions en matière de sécurité sanitaire sont trop floues pour les acteurs économiques. Je vous livre un état des lieux de la situation.

Les enjeux de la reprise

Les professionnels du tourisme ont à cœur d’associer reprise et sécurité sanitaire. Comme les voyageurs sont limités à un rayon de 100 km, l’adaptation est de mise.

L’inconnu plane sur les résidences de tourisme, les hôtels, les clubs et les campings. Il ne faut oublier les restaurants ainsi que les espaces communs.

Les piscines risquent de connaître une gestion horaire des flux. Les clubs enfants seront soumis à des conditions. La distanciation sociale et le port de masque seront sûrement obligatoires.

Des initiatives louables mais peu encouragées

Récemment, le groupe Accor section hôtellerie a initié un protocole sanitaire certifié avec Bureau Veritas. Cela peut profiter à tous les établissements représentés par l’acronyme HCR pour hôtels, cafés, restaurants.

Les consignes et les bonnes pratiques sont considérées par des entreprises françaises en nombre. Néanmoins, la validation attend toujours la décision du ministère concerné.

Retrouvez d’autres sujets  ici.

Un argument de choix avec la sécurité sanitaire

Il est possible de tirer profit des soucis de sécurité sanitaire. La France doit en faire un atout à titre de levier de communication pertinent.

Il faut l’associer à une démarche d’ensemble pour passer outre les effets dévastateurs sur l’économie. Il faut prendre l’exemple du Portugal.

Ce pays a mis en place le label Clean & Safe. Cet argument permet de promouvoir la destination Portugal via un label rassembleur.

Malheureusement, le protocole de déconfinement émanant du Ministère du Travail fournit un cadre général incomplet. Le manque de précision et de visibilité rebute les acteurs du Tourisme.

Les actions entreprises par l’Etat

Le Secrétariat d’Etat en charge du tourisme a fourni des efforts formidables concernant la filière tourisme. En effet, les avoirs relatifs à l’ordonnance du 25 mars 2020 ont donné un coup de pouce aux entreprises cibles.

En outre, l’Etat a procuré 10 milliards d’euros en prêts garantis pour soutenir l’activité partielle via les reports et les annulations de charges. Par ailleurs, un plan Marshall de 1,3 milliard d’euros est prévu pour le secteur.

Toutes ces aides sont les bienvenues et elles sont favorables. Toutefois, l’accent doit aussi être mis sur les normes sanitaires pour le tourisme domestique et au niveau international.

De plus, il faut former spécialement le personnel et lui enseigner les bons gestes à adopter.

Crédit Photo : .unwto.org & euronews.com

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *