En ces périodes de confinement, flashback sur le fooding en mode comme chez soi. Je vous emmène dans l’univers de cheZaline, un restaurant qui bouscule les codes.

Petit rappel sur les essentiels du fooding

Le fooding est apparenté à un courant de pensée qui fait l’impasse sur les contraintes. Les traditions et les règles sont mises de côté.

Il faut laisser la place à un cadre inédit, plus de sensations et favoriser le goût. Le fooding se recentre moins sur ce qu’il y a dans l’assiette et favorise davantage l’ambiance.

Ainsi, le fooding ne s’arrête pas aux considérations de la jeunesse branchée de l’élite parisienne. Il est devenu une tendance sollicitée par des gourmets et des gourmands à la recherche de ressentis, de bonnes surprises.

Les premières heures du restaurant cheZaline

 8 ans plus tôt, Delphine Zampetti voulait concilier son amour de la cuisine et sa maternité.

Elle a initié un restaurant de type traiteur. L’endroit ouvre du lundi au vendredi avec des horaires correspondants à ceux de l’école.

Chaque mercredi après-midi, son rejeton fait des dessins sur la devanture. En peu de temps, les clients viennent prendre leur repas à 11 heures.

Ils sont ravis par une atmosphère at home comme le mijotage du ragoût du jour ou la croûte de pain craquant sous le couteau.

Delphine n’avait pas calculé l’effet mais elle  conserve le côté comme à la maison.

Les aspects insolites de cheZaline

Situé au 85, rue de la Roquette, à proximité de la Bastille, cheZaline est une ancienne boucherie chevaline. Delphine Zampetti a ôté le C et l’a remplacé par un Z pour former cheZaline.

Le décor comprend des crochets de boucherie, du carrelage jaune, 2 vinyles du chanteur Christophe. Ce traiteur de quartier se positionne dans la sandwicherie et la saladerie haut-de-gamme.

Les menus au quotidien cheZaline

Les produits sont basiques et la cuisine du quotidien est composée des restes de poulet de la veille qui sont servis dans le sandwich du jour.

Les adeptes ont droit au cultissime dwich au poulet en pot-au-feu avec mayo et salade, au vibrant haddock accompagné de crème à l’aneth et chou pickles en pain rond. Il ne faut pas rater l’onctueux œuf mayo-cerfeuil ou la tortilla fondante avec des guindillas craquantes.

Les salades sont vendues au poids et sont composées de lentilles, de tomate-salicorne, de poulpe-concombre. Les desserts incluent le riz au lait à la vanille et au citron ou le crumble aux pommes.

Le tout est arrosé de bière bretonne ou de cidre Ciderman, ainsi que du jus de fruit Patrick Font. Dans tous les cas, Delphine Zampetti a inspiré beaucoup de cheffes qui ont fait du chemin depuis.

Elle sait marier la cuisine authentique et les petits producteurs locaux.

Crédit Photo : sortir.telerama.fr & clique.tv

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *